San José Del Pacifico & Huatulco

04/06/2010 - Pays : Mexique - Imprimer ce message
Un petit bus crado au bord de la route principale, il s'arrête partout, torses en sueurs, soleil de plomb, décor hallucinant. Des petites bicoques du Mexique profond jusqu'à une ville carrefour au nom de Potchula. 50 km en 1h20.
Sorti du bus, prise d'informations :
- Bonjour monsie... madame ? Ok, madame, ça me va pareil, j'veux juste une info. San José Del Pacifico, perdu là haut... oui les hongos oui, on peut bouffer des hongos, bref, il est où le bus qui s'y rend, por favor ?

Potchula, le genre de ville relativement grande dans laquelle en 1 h de marche, tu vas pas croiser un seul étranger. 25 minutes d'attente devant 3 jeunes femmes hilares de va savoir quoi.
Arrivée à San José del Pacifico 3 h plus tard. Les 3 bagages sont descendus, lourdement. Un équipement réduit est nécessaire, pour plus de liberté de mouvement, mais au détriment du divertissement.
Perdu dans la montagne au milieu d'autres villages qui vivent en quasi auto-suffisance, San José est miniscule. 2 routes la traversent, c'est tout. Du vert partout autour. Waouh, ça dépayse. Ce soir viendra le sentiment de solitude. Bad.

Technique pour ne pas avoir l'air perdu en arrivant dans un lieu inconnu avec aucunes informations visibles ou en poche : La cigarette.
Pour observer les lieux sans bouger, quoi de mieux qu'une clope ?
Parce qu'on ne peut pas se permettre d'aller n'importe où sans savoir, parce que c'est lourd, câlisse...
On checke ce qu'il se passe, les gens autour, ce qu'ils font, le sens de déplacement des taxis, les regards qu'ils nous portent.
On prend l'information et on a l'air moins "idiot perdu" que le nez dans notre carte. De toute façon, il est préférable d'avoir appris par coeur la structure de la ville.

Ici, y'a pas de structures de ville. Mais 3 filles visiblement occidentales sont en train de prendre un café sur l'une des 3 tables en terrasse de tout le village. Elles parlent un espagnol excellent, je ne peux pointer leurs origines.
Finalement, l'Argentine s'en est allé, Mégane l'Américaine et Tora la Canadienne dorment dans les cabanes les plus proches. On va donc être voisins.

Ici, c'est haut, 2803 mêtres, il fait froid et c'est loin. Bon Dieu, qu'est ce que je fous là ?

Le symbole de ce village est un champignons hallucinogène. Ici, on peut trouver énormément de Hongos, il n'y a que demander.
Qui n'a jamais essayé les champis ?
Moi. Et ça va pas changer parce que :
- Tu arrives 2 mois trop tôt, me répond le tavernier du seul bar. Faut atteindre la saison des pluies.
- Dommage... Et sinon, je peux jouer après ton pote à PES ?

Arf... Quel plaisir de commander une équipe...

Les voisines vont le lendemain se faire une randonnée à travers la forêt pour se rendre à un soi-disant charmant village du nom de San Mattéo, à 10 bornes. Accompagnons les avec un appareil photo, en galère, et on se perd...
On se perd à l'aller, plein de fois, on demande au minimum à 23 personnes la direction, on fait des détours pour rien, on traverse une rivière, on se fait encercler par des chiens hargneux, on termine sur une route bettonnée qui grimpe à mort avec en point de mire, tout là haut, c'fuckin San Matéo.

ÉÉÉÉÉÉÉSTIE !!!!
De l'eau !! À manger !!
Sympathique, ce village. Semblable aux autres, y'a que dalle. De l'argent a néanmoins été investi pour une nouvelle église et une nouvelle école, nul doute que des hôtels vont pousser par la suite. En tout cas, après reflexion, c'est un bon spot pour survivre quand les eaux auront montés.

Rencontrer des Français installés à l'étranger est une bonne chose. Rodolphe est en train de le faire avec sa magnifique femme et sa troupe d'enfants. Dans un combi Wolskvagen, un joint aux lèvres. En plein milieu de San Matéo, alors qu'un troupeau de chèvres passe à côté de nous :
- Salut ! T'as une tête de Français !
- Toi aussi !
- OK ! Tu vas m'aider je pense... Tu sais où je peux trouver du jambon dans le coin ? J'veux faire goûter ça à la Torontoise.
- Bin moi, où je vais, c'est chez Emilio. C'est le meilleur jambon de la ville. Tiens, juges par toi même.
- Merci... Sur 43 personnes, être premier est une bonne perf.
- Claro ! Tu prends le chemin là, tu march... bliz bliz bliz parasites sur la ligne bliz bliz bliz... et en face y'a sa maison.
- Merci... Je demanderais sur le chemin ! Allez bonne route, faut qu'on se magne, il va faire nuit bientôt...
- Ciao amigo.

Je prends le chemin, jump over a chicken, double une vieille paysanne avec son panier sur la tête.
1ère maison, pas ici.
300 mêtres de champs.
2ème maison, c'est plus loin.
200 mêtres de brousse.
3ème maison, du reggae à fond. C'est ici. J'espère, parce que y'a 2 heures de marche dans la forêt et 2 filles qui m'attendent, inquiètes...
Un chien vient à ma rencontre en aboyant.
Technique pour amadouer un chien :
Se caresser le torse.
J'appelle "Emilio !" plusieurs fois et de plus en plus fort, tellement que le chien se remet à japper. 
Au bout d'une éternité, une gamine sort et me répond, toute effrayée :
- Emilio no vive aqui. Por alla, a la derecha.

Encore 3 longs champs à traverser pour trouver sa baraque. Un énorme chien me saute dessus.
Technique pour rester stoïque face à un molosse :
Se chier dans le froc debout sans mouvements ni odeurs.

Un type vient. C'est lui, Emilio. Il m'invite à entrer. Chez lui, c'est un désordre familial. Une baraque d'anciens soixante-huitards. D'ailleurs, ce Barcelonais a déjà vécu en France.
Mais bon, pas le temps de parler politique, mon lit est à San José.
- Il est cher ton jambon. Mais vu le parcours du combattant que j'ai fait et qui m'attend, je prends.
- J'ai aussi de la marijuana. Tu en veux ?
- Non merci... Mais si j'ai besoin je sais où venir maintenant.
- Dépèches toi, il va pleuvoir.
- J'suis déjà parti !

Technique pour marcher à 3 dans la forêt le soir :
Un éclaireur 50 mêtres devant, armé d'un bâton, qui ouvre la voie aux 2 autres.

Ce qui est rigolo, c'est quand l'éclaireur prend de l'avance et a le temps de trouver une bonne planque. Au moment où les 2 passent, il jette une pierre dans les broussailles. Les 2 autres stoppent leurs discussions, ralentissent le pas en commençant à s'imaginer la grosse créature qui va probablement s'en prendre à elles.
C'est là que l'éclaireur surgit de l'ombre, au moment où elles reprennent la marche, au milieu d'une brune brume :
- BOUH !!! fait le farceur
- Yaaaaaark !! s'étrangle la première.
- Aaaaaah !!! You fucker !!! hurle la deuxième.
- I hate you ! I hate you ! reprend la première.
- Héhéhé... I have to scary you in order to hear you speaking english...

Oui, parce que ces 2 filles anglophones utilisaient à 93% l'espagnol comme moyen de communication. Tant mieux, ça permet de progresser.

Retour à 21h30, en pleine nuit et dans le froid. Vêtements chauds sont de sorties, ça justifie leurs poids.

3 jours ici, ça suffit. J'ai envie de faire la fête. Mini-bus qui redescend de la montagne pour rejoindre la chaleur des villes de la côte. Au moment de descendre du bus, je ne sais pas où je vais passer la nuit. Il est 15h30.
Non pas si je prendrais un lit en dortoir ou une chambre seule, mais plutôt dans quelle ville je vais. Il y en a une à 6h de route, une autre à 4h, une autre à 2. Toutes des villes portuaires avec plages et tout ce qui va avec.
Ce que je sais, c'est que je vais en direction du Guatémala et que 3h de bus sera un maximum pour mon corps, après les 3 chaotiques dans la montagne.

Comme il y a une chiée de 3 dans ce texte, j'opte pour Huatulco qui est à... 3 heures de route. 

On se rejoint là-bas !...



... Mais on va pas y rester longtemps !

Non, ce fut une erreur de venir ici, même si j'ai pu mettre cette escale à profit en avançant dans certains projets artistiques.

Huatulco, c'est un hit pour touristes : Full d'hôtels luxueux, un club Med, des bars à l'occidental. Par contre, en ce moment c'est saison basse.
Je suis un des 5 blancs à déambuler dans une village de vacances peu animée, comme les visages des habitants.
Le service est execrable. Je me suis senti ignoré. Mêmes les jeunes femmes, qui d'habitude dévorent des yeux les Européens, restent totalement indifférentes.

Je ne sais comment l'expliquer, faudrait voir comment ça rend en saison pleine avec un envahissement d'occidentaux. Peut-être sont-ils lassés du tourisme omni-présent de Décembre à Février.

En plus de loyer élevé, le village n'offre que peu d'activitées et les rencontres sont difficiles.
J'en ai même regardé la TV.

Très bon pour progresser dans la langue et certaines émissions intéressantes, je dois le reconnaître. Mais pitié, STOP à la publicité.

Mise à profit de la terrasse personnelle que j'avais, sous le ventilateur, les yeux dans le vague et le nez dans l'ordi.

Chaleur etouffante, je comprends le pourquoi de la basse saison.

Huatulco fait partie de ces endroits qui ne sont autres que des villages vacances idéalement créés pour les vacanciers hebdomadaires.
Autour de plusieurs plages.
Des luxueux établissements hôteliers à même le rivage, une superbe route bettonnée qui passe juste derrière. Il n'y a qu'à la traverser pour se rendre dans un bar ou une boîte de nuit.
Tout le nécessaire aux occidentaux se trouvent ici : Des banques, des Mac Do, un cinéma, des Subway, des Starbucks. Tout le nécessaire aux hordes de Nord-Américains qui se rendent ici massivement pendant l'hiver occidental...
Alors je veux bien croire que ça peut être vraiment trippant de fêter le nouvel an à Huatulco mais là, maintenant, ça vaut pas grand chose.

Allez, je me casse, y'a rien de bon ici à cette période.
Un bus de nuit pour San Cristobal, por favor...

Les bus de nuits sauvent du temps, si l'on arrive à dormir dedans, et de l'argent.

Idéal.

Seul regret, on manque les paysages.

En tout cas, San Cristobal, ça fait 10 jours que j'y suis et c'est une sacrée chouette ville !
 
Note: 5/5 - 1 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Par Guillaume
Le 06/06/2010 à 20:39:48
Ouai j'espere qu'on va bien se marrer a caracas!!!!
Par Nicodeloin
Le 10/06/2010 à 18:14:11
On devrait pouvoir faire de quoi... ;-)

Je suis très fier de toi !


Par sylvain leal
Le 07/06/2010 à 02:23:10
Quand je pense qu'il y a quelques semaines tu était au centre d'une métropole nord-américaine en train de chauffer lexus,mercedes,bm et autres et la te voila dans la brousse au milieu de nulle part ce contraste c'est l'aventure avec un grand A.............
Par Nicodeloin
Le 10/06/2010 à 18:22:13
;-)

Toi aussi dans quelques mois...
Par sylvain leal
Le 11/06/2010 à 00:58:51
entendre ça c'est le kif pour moi! merci mon heros!



Par ben
Le 08/06/2010 à 16:48:00
comment c'est bon de lire tes récits

bordel a cul d'Europe et de manque couilles pour venir. merci de me faire rêver a travers un écran d'ordi de boulot

j'attends le résultat de la chouette ville

a+ ma poule
Par Nicodeloin
Le 10/06/2010 à 19:30:26
Tu vas en avoir pour tes envies de révolution ;-)


Par maman
Le 11/06/2010 à 16:21:50
KIKOU MON NICO MERCI POUR TA CARTE je me l ai faite traduire bien que j avais compris quelques mots.j esperes que tu vas tres bien et que tu profites .je ne te le dirais jamais assez fais attention a toi.n oublie personne de la france car on tient beaucoup a toi .gros bisous a bientot
Par Nicodeloin
Le 11/06/2010 à 19:14:52
Tu viens au Vénézuela avec Guillaume ?
Ca serait bien !
Tu serais pas un boulet, t'inquiètes pas !


Par tatie Danielle
Le 15/06/2010 à 19:25:15
coucou Nico ça fait un moment que je ne t' avais pas laissé un petit mot.J' espère que pour toi tout va pour le mieux,ici le temps est excécrable,il pleut souvent.Je suis toujours tes aventures avec plaisir,ca me permet de voyager avec toi.Tes photos sont très belles et tes textes toujours autant envoutant.....on s'y croirait.Bon alors je te dis à très bientot et fais très attention à toi,ici, tu manques à beaucoup de personnes.Gros bisous de nous tous et reviens vite.BIZZZZZZZZZZZZZZZ
Par Nicodeloin
Le 17/06/2010 à 03:30:03
Merci tatie !

C'est gentil de suivre, ca fait chaud au coeur...
Tu veux pas venir toi aussi au Venezuela avec maman ?


Par tatie Danielle
Le 02/11/2010 à 18:05:01
coucou Nico,aujourd'hui,nous avons reçu ta carte qui nous à fait très plaisir.c'est gentil de penser à nous.alors tu en es ou de ton voyage?tu as eu ton visa?pour ce qui est d' aller te voir,pourquoi pas.Ca nous ferais un dépaysement mais bon on n' en ai pas encore là.qui sait.....bon je te laisse et je t' embrasse très très fort en espérant avoir vite de tes nouvelles.gros bisous à toi et à très vite.

Par tatie Danielle
Le 06/12/2010 à 08:43:53
BONNE FETE NICO MILLE BISOUS S'ENVOLENT VERS TOI.


Laisser un commentaire