Les Coqs, Le Chiot et L'Ane

01/05/2007 - Pays : Vietnam - Imprimer ce message

Les Coqs, parce que depuis mon arrivée au Vietnam je ne cotoie presque exclusivement que des Français.

Ca me dérange un peu car c'est la première fois depuis très longtemps et que j'adore les échanges inter-nationalités mais ça ne me déplait pas au vu de la sympathique bande que nous formons; et que Thibaut a rejointe.

Thibaut Do Van Tuan, 1/4 de sang Vietnamien dans les veines, qui pose pied sur la terre de ses origines en compagnie de ses parents 5 jours avant mon départ. Nous sommes deux, Solène et moi, pour l'accueillir à bras ouverts un vendredi soir.
Nous poireautons 1 plombe devant l'aéroport.
C'est pas bien grave, Sosso et moi avons pris plaisir à discuter comme nous l'avons souvent fait pendant ces 3 semaines afin de réellement nous connaitre et tisser les liens d'une chouette amitié.
Je me décide à créer une pancarte "ANTOINE DOVE" en l'honneur de Thibaut dont l'arrivée me procure des fourmillements d'impatience au coeur. Revoir des potes de France est un régal après 34 semaines (!) à l'étranger. C'est génial.

Récapitulons pour mieux profiter de l'instant. Nous sommes à Saigon, Solène, Jérèm', moi. A Saigon, à 15 heures de vol de notre Vallée du Rhone. Nous sommes à Saigon et nous attendons Thibaut.
C'est magique. Si l'on m'aurait dit ça il y a 2 ans.... Profitons de l'instant. Profitons.
Je termine tout juste de remplir le "V", l'appareil photo coincé sous le bras pour le traditionnel cliché d'arrivée, quand Solène me presse la main:
-Merde! Ils sont là! On les a loupés!
Effectivement, on a raté l'entrée des Do Van Tuan. Ils sont passés sous nos yeux et l'on a rien vu. Preuve qu'ils se fondent déjà bien dans la population Ho Chi Minhiennes.

C'est pas grave, embrassades, taxi, boui-boui, et tout est bonheur. L'instant est parfait lorsque Jérèm' nous rejoints pour l'apéro. Il est archi occupé ces jours ci du fait des responsabilitées énormes que lui a confié son chef sur un projet qui ne l'est pas moins. Celà lui apportera beaucoup sur le plan professionnel même s'il faut dire que c'est fichtrement emmerdant car nos entrevues sont rares et brèves en cette fin de séjour. Je vois d'ailleurs beaucoup plus Solène que lui, mais on se rattrapera en France brother, promis.

On fête le nouveau venu le soir même en sortant à l'Apocalypse Now, une boite de nuit au coeur de Saigon. Entres Coqs, Aurelien s'est joint à nous 4. La piste est petite et les corps sont serrés, excellent pour faire connaissance.
Lorsque sonne les 2 heures du matin et que résonne "The End" des Doors, Bande Originale du film dont la discothèque s'est inspirée pour patronyme, 2 coqs s'en vont et laissent les 3 autres coqs vacanciers rejoindre une Lucie déchainée au Go2, nightclub du quartier routard où Aurélien et moi logeons en Guest House.

La musique ne nous a pas retenue plus longtemps que 5 minutes et nous rentrons nous coucher.

Des fillettes pré-pubères patrouillent dans les rues animées de la ville aux heures tardives de fréquentation des bars, paniers de roses ou plaquettes de chewing-gums à la main, harcelant dans un bon esprit les touristes:

-Sir! You buy flowers please, you buy flowers!

Des gamines attachantes qui vivent plus la nuit que le jour, embauchées par leurs parents pour participer elles aussi à l'apport de fonds nécessaire à la survie de la famille. Des gamines avec lesquelles j'adore discutailler, leur dire qu'elles feraient mieux d'aller se coucher à cette heure tardive, leur dire que leur Anglais est bon et leur conseiller de continuer sa pratique afin de trouver un boulot intéressant plus tard, jouer à Pierre-Feuilles-Ciseaux avec elles...et les laisser gagner.

Puis finalement craquer.

Offrir pour 10 000 dongs une rose rouge à Solène (50-50 avec Thibaut, hein...pas de mauvaises pensées...) ou faire semblant (hemm hemm) de puer de la gueule et obtenir contre 5000 dongs une plaquette de gommes à macher pas terriblement efficaces. Quoi qu'il en soit je préfère acheter à ces fillettes qu'aux mères Vietnamiennes qui jouent trop sur l'attendrissement en se promenant toutes les nuits avec leurs bambins en couche-culottes dans les bras, se plaignant qu'il a faim et qu'il n'a pas mangé depuis hier.

N'oublions pas de manger nous aussi et c'est justement ce qui nous manquent à l'hotel, quelques biscuits ou quoi que ce soit d'autres à avaler, lorsque je propose à Thibaut:
-Le cul de la vieille, tu le veux?
-Non merci, j'ai assez fumé. Avec la fatigue du voyage et ce joint, je suis déboité.
-Le gars m'a dit que c'était de l'Américaine. Je les fumes en 3 fois tellement c'est puissant.
-Elle fait plaisir.
-Oui...Maintenant, parlons un peu de nos Chagrins d'Amour.
-On en aura pour la nuit, mais ça me va.
-Commence, je t'en prie...
-Je vais d'abord chier un coup.

Nous sommes au 217 avenue Pham Ngu Lao dans la Guest House "Ocean", chambre 406. J'occupe cette chambre sans cable pour le téleviseur mais avec ascenceur depuis notre retour de Phu Coq. Les 2 lits simples nous permettent de partager cette piaule à 7 dollars. 2 lits simples mais malheureusement...un seul trone.

Le Chiot, parce que Thibaut a fait des siennes.
Je ne sais pas si c'est le décalage horaire, les nems du diner ou se faire prendre en photo en pleine action qui l'a pertubé mais il sort de la salle de bains tête basse:
-J'ai bouché le chiotte.
-Tu es au Vietnam depuis 6 heures...Bonne perf'.
-Je savais pas que ça pouvait déborder aussi vite, un chiotte...
-Waouh. J'peux voir?

Tentative numéro 1:
Thibaut s'arme d'un cintre de la penderie, le déplie en une longue tige de métal et trifouille ce qu'il peut dans la cuvette. Je suis sur mon lit, à l'abri des possibles giclures, tout sourire:
-Vas y Thibaut, l'essentiel c'est d'y croire. Si tu n'y crois pas, ça ne marchera pas.
On attend 10 minutes, le temps de s'en fumer un autre, et l'on retourne tirer la chasse. Le mélange eau + fientes + papiers, mixé par ses soins, grimpe vertigineusement. Nous nous ruons derechef dans la chambre, se coinçant presque tous les deux dans l'embrasure de la porte:
-Raaaah dégaaage, c'est ta merde c'est toi qui me couvres...
Puis nous revenons à petits pas. Nous admirons d'un oeil dégouté la cuvette pleine à ras bord:
-T'y a pas cru, mec.

Tentative numéro 2:
Le lendemain matin, Thibaut reprend le cintre et surtout son courage à 2 mains devant la faience dégueulasse. Le niveau est tombé durant la nuit, il peut donc touiller plus près du but. L'odeur qui s'échappe lors de l'opération est si ignoble que je continue mon brossage de dents sur mon lit, buvant à la bouteille et crachant dans la poubelle.
A deux doigts de superposer un vomi au mélange, il tire la chasse...et revient médusé:
-C'est toujours bouché à mort...Ca craint!
-Va falloir que tu y mettes les mains. En tout cas vaut mieux pas que les femmes de chambres voient le carnage, on leur dira de pas nettoyer aujourd'hui.
-Le cintre est trop naze, il me faut quelque chose de plus solide et de plus flexible.
-Essaye d'y mettre ta poutrelle...

Tentative numéro 3:
Le soir même, il est minuit, nous sommes dans le parc en face de notre GuestHouse. A la recherche d'un bout de tuyau ou de quelque chose de plus flexible et solide. Une fine branche de palmier fera selon nous l'affaire. Je sors mon couteau Suisse et entame la branche au plus près du tronc. Nous sommes sur le qui-vive car quelques policiers sont posés un peu plus loin. On sait pas ce que ca peut couter d'entailler un jeune palmier au Vietnam.
Justement, des gens arrivent. Des locaux. Ils s'approchent, curieux de voir ce que nous fabriquons. Ils ne parlent pas Anglais, l'expression corporelle sera donc le meilleur moyen pour expliquer l'histoire du chiotte bouché. Ca les a bien fait rire.
Toujours est-il qu'après quelques efforts, Tibo a son truc flexible et solide. Je lui promet qu'avec tout le mal que l'on s'est donné pour se le procurer, si ça ne débouche pas cette foutue canalisation, son truc solide et flexible je le lui mets dans le cul.
On refuse les avances d'une pute qui nous regarde nous éloigner, se demandant surement ce que 2 mecs qui ne veulent pas d'une femme vont foutre avec une branche de palmier dans leur Guest House. Superbe Moment.
Tibo retouille, encore une fois, longtemps. Ce truc flexible est un piège. C'est le genre de truc à te ramener tout en pleine gueule sur un coup de ressort. De toute façon dans la vie il n'y a pas de secret, plus tu brasses de la merde et plus tu t'en prends plein la gueule.
Il tire la chasse et s'énerve:
-Merde! C'est pas possible c'est toujours bouché! En plus je commence à avoir envie de chier.
-Excuse moi, je vais pisser dans le lavabo.

Tentative numéro 4:
2 heures après la tentative numéro 3, le niveau est à peine descendu du quart. Il faut employer les grands moyens. Il y a dans l'armoire le reste du colorant violet pour cheveux que j'ai conservé et dont je n'ai utilisé qu'une infime partie.
Je le verse dans le chiotte. Ca refoule l'ammoniaque dans la salle de bains.

Tentative numéro 5:
3 minutes après la tentative numéro 4 et les premières ressemblances avec du vomi de mourant, je rajoute deux ou trois noix de shampoing. C'est des atomes, tout ça...ca va bien réagir d'une façon ou d'une autre...

Tentative numéro 6:
Le matin suivant, le chiotte est ignoble. Des bulles rougeatres se sont formées, l'ensemble est difficilement identifiable et surtout...surtout...ca pue la merde. On tire une dernière fois la chasse. La cuvette est toujours pleine.
-Bon, là je crois qu'il faut du Destop. Faut aller en acheter aujourd'hui.
-Oui, je crois aussi. On va laisser un mot sur la porte pour que les femmes de chambre ne voient pas l'hécatombe.

Dénouement:
Après avoir vadrouillés Tibo et moi dans les quartiers non touristiques de Saigon et avoir trouvés un dérivé de Destop, nous rentrons à la Guest House. Je jette un oeil à la feuille "Please NO CLEANING the room today, Thanks" toujours accrochée à la porte et entre:
-Oh non! Elles ont faient la chambre! Quelles gourdasses!
Toutes nos affaires sont entassés sur les lits, le sol est impeccable, les cendriers vides, la poubelle rafraichie.
-Le Chiotte, Le Chiotte !
Le Chiotte est nicquel, brillant comme un sou neuf, presque sorti d'une pub "Canard WC".
Nous nous regardons, 2 cons ne sachant pas s'il faut en rire ou en pleurer...
-Ca craint...T'imagines commes elles ont du galérer...
-Je suis décu, j'aurais bien aimé voir ce que ca donnait en y ajoutant le Destop.
-En tout cas je comprend pourquoi il faisait la gueule le vieux à l'accueil...
-Faut leur filer le Destop en compensation...et s'excuser. Comme ça vient de ton cul je te laisse faire, hein...
-Bon, en tout cas je vais pouvoir chier de nouveau.
-Coupe ta merde avant, faudrait pas que ca refasse le coup.

Une mémorable action annale qui restera dans les annales. On s'est bien marrés, c'est l'essentiel, avec Tibo qui se voit parler en Vietnamien tout au long de la journée et qui ne comprend pas un traitre mot.
-You same same Vietnamese!

L'Ane, parce que c'est phonétiquement son nom...

Je ne sais d'ailleurs pas quelle est l'orthographe exact du nom de cette petite fille et c'est avec toute la tendresse réunie des Coqs, dont elle se souviendra sans aucun doute très longtemps, que je l'écrirais "Lanh".

Dimanche 15 Avril 2007.
Tibo, Sosso, Jérèm et moi rejoignons Aline et Aurélien dans les quartiers Ouest de la ville afin de passer l'après midi dans un parc aquatique. Il est environ midi et nous sommes assis à l'arrière du bus numéro 5 qui a pour destination "Den Sat". Une petite fille mince et mal habillé est assise à nos cotés. Elle a un magnifique sourire et l'exhibe régulièrement, posant simplement et sans fioritures devant mon "PowerShot". Solène engage la conversation avec elle mais elle ne connait pas un mot d'Anglais. Qu'à celà ne tienne, nous avons 1/2 heure de bus, nous les passons à l'apprivoiser.
Le bus stoppe juste devant l'entrée du parc et Sosso, attendrie comme nous tous par la gentillesse de cette fillette de 12 ans, propose à Lanh de nous accompagner dans le parc. Celle ci nous suit, souriante et jolie, commençant à se familliariser avec chacun d'entre nous. Elle n'a qu'une petite sacoche et la confie à Solène qu'elle considérait comme une deuxième maman et nous lui offrons de bon coeur à manger, à boire, l'entrée du parc aquatique et d'autres attractions. La petite Lanh était ravie, semblant être dans un rêve. Elle ne réclamait rien mais donnait des calins tout le temps à tout le monde.
Une petite perle qui a très vite fait l'unanimité de tous, se balladant à la main de Thibaut, puis d'Aline, passant sur mon dos, restant avec Jerem' dans la piscine à vagues. Toute l'après midi nous dévalons les toboggans entre quelques saltos devant la compagnie. Nous nous promenons, 6 jeunes Européens avec une petite Vietnamienne aux yeux d'amandes. Les locaux nous lancent des regards curieux aux sourcils froncés, mais c'est normal.
Il y a des histoires de pédophilies qui doivent trainer.
6 Coqs accompagnent la petite Lanh jusque dans la maison hantée qui mettra les pétoches à la petite. Et à Solène aussi. Jérèm' est parti bosser, le soleil décline à l'horizon, nous sommes dans la grande roue et savourons le moment.
Une superbe après-midi, vraiment. La petite nous saute au cou à tout bout de champs, comme en manque de tendresse. Nous allons nourrir des crocodiles et nous partons prendre le bus qui nous ramènera dans le District 1.
Nous sommes tous fatigués de cette journée, y compris la petite Lanh. Elle ne dit plus rien dans le bus, semble même distante. Nous nous concertons avec les autres Coqs:
-Il faudrait essayer de la ramener chez elle.
-Oui mais on n'arrive pas à savoir où elle habite, elle ne comprend pas notre question.
-Ses parents doivent s'inquiéter...
-On verra bien, on va déjà revenir où nous l'avons rencontrés.

Arrivés à la station de bus, la petite Lanh tire la gueule. On se dit que c'est surement parce qu'elle est fatiguée et vraisemblablement déçue que la journée soit terminée. Néammoins, elle part devant sans un regard pour nous.
Nous pressons le pas et la rejoignons, lui passant les bras autour des épaules. On essaye de communiquer avec elle mais c'est bien entendu vain.
Nous ne savons pas où elle habite, si elle vit dans la rue ou non, si elle a encore des parents, si elle va à l'école...Nous sommes un peu inquiets à son sujet car nous nous sommes tous attachés à cette gamine. Nous passons à proximité d'un pseudo poste de police et nous leurs demandons de la questionner sur ce qui nous enquiquinaient afin qu'ils nous le traduisent. La petite Lanh semble embétée. Les hommes en uniformes nous déclarent qu'elle habite dans la rue, puis nous disent qu'elle va rentrer chez elle, puis d'autres trucs un peu confus...enfin bref, on n'en sait pas plus, et Lanh recule à petits pas.

Elle s'en va, nous ignorant totalement. Nous la rappelons. Mais elle ne veut pas rester plus que ça. Elle part...

Une déception doublée d'interrogation s'empare de nous.
-Franchement qu'est ce qu'il lui a pris? demande je alors qu'elle traverse la dangereuse circulation.

Personne ne sait. Je me sens presque trahi, pas un seul merci, pas un Adieu, rien. Je suis archi déçu qu'après autant de calins et de complicité, il n'y ai pas de reconnaissance de sa part. Même pas un signe de la main. J'en discute avec Tibo, qui par ailleurs songeait que cette petite pouvait être de sa famille, et lui aussi ne comprend pas.
Dommage, la séparation a ternie cette rencontre magique.

Nous allons en discuter au restaurant, Sosso Tibo moi et les 2A. Et alors que la serveuse m'informe à mon plus grand regret que je ne pourrais pas déguster de pigeon roti ce soir, Solène reçoit un coup de télephone.
Sachant qu'elle a laissée son numéro à la petite, nous sommes tous à l'affut. Problême, la personne à l'autre bout du fil parle Vietnamien. Après un compliqué bordel dans lequel est intervenu la serveuse pour faire office de traductrice, et encore elle parlait un Anglais de merde, on a l'information que, parait-il, la famille de Lanh veut nous voir.
Et va venir.
Dans ce restau.

Bien. Voilà qui me redonne le sourire. Pas aux filles et en particulier Sosso, qui se mettent à flipper:
-Et s'ils venaient pour nous engueuler d'avoir insousciemment gardés Lanh toute l'après midi?
-Mais non. Ils vont nous remercier. On lui a fait vivre un rêve à cette gosse.

Résultat, on attend. 30 minutes. Faisant monter la pression et l'interrogation.
Que va t'il bien pouvoir se passer quand ils vont arriver?

Nouveau coup de fil. Solène répond, cette fois ci c'est en Anglais. La conversation ayant du mal à avancer faute de mutuelle compréhension, le télephone arrive dans mes mains.
Ce que j'arrive à déchiffrer: C'est une dame qui appelle de la part de quelqu'un d'autre, apparement la famille, et qui veut connaitre le nom et l'adresse du restaurant où nous nous trouvons dans le but que les autres nous rejoignent. Pour information, je lui demande si les parents sont en colère. Après moults incompréhensions, elle me répond "Happy, happy". Bon, ça sonne bien.
Je donne l'adresse en commetant une petite erreur, leur systême de notation étant inconnu pour moi, et je vais me rasseoir en lançant une petite pique:
-Ils veulent nous voir...et ils sont pas contents.
Les yeux autour de la table s'agrandissent et plus personne ne pipe mots. Je balaye du regard tout le monde et m'arrête sur Sosso:
-Surtout toi, Solène. Ils veulent te voir.
J'ajoute que c'est une plaisanterie juste avant que son visage ne se décompose.
J'adore, c'est mon péché mignon.

15 minutes plus tard c'est un nouveau coup de télephone du à mon erreur qui vient remettre la pression. Solène répond. Puis me passe le télephone 30 secondes plus tard.
L'adresse que j'avais donné est également celle d'un restaurant, et l'on nous attend là-bas. Mon interlocutrice est l'une des serveuses, son anglais est correct.
C'est à 5 minutes à pied, nous y partons sur le champ.
Arrivés là bas, nous n'y trouvons ni parents en colères ni parents joyeux mais seulement les serveuses du restaurant en compagnie de Lanh.
C'est elle seule qui nous a contactée, jamais il n'a été question de ses parents. Ces cruches de traductrices improvisées nous ont fait flipper pour rien.
Quoiqu'il en soit, Lanh a besoin de nous. Les serveuses, au demeurant très charmantes, nous expliquent que Lanh est en fait une gamine qui vend des billets de loterie dans la rue. Et aujourd'hui elle n'a rien vendue.
Pourquoi?
Parce qu'elle a joué à la poule d'eau avec des Coqs toute l'après midi.
Et si elle revient sans argent au domicile?
-Ses parents vont la frapper car ils sont très pauvres, nous assure Hann (ou Peggy pour les intimes...)

Tout s'explique.
C'est pour celà qu'elle a fait la gueule en rentrant, se rendant finalement compte du retour des réalités. Il faisait nuit et le tirage avait été effectué, elle ne pouvait plus rien vendre. Environ 50 billets de loterie à 5000 dongs pièce.
La petite n'ose pas rentrer chez elle. Pour l'heure, alors que nous sommes attablés dans ce sympathique restaurant et entourés d'une troupe de Vietnamiennes, la petite Lanh reste à distance, attendant la décision finale et se contentant de maigres sourires ou de tirages de langue.
Surtout à mon égard, sentant peut être que j'étais plus que sceptique sur le moment.
Les 8 mois d'Australie derrière moi me placent en tant que traducteur avec Hann-Peggy sur la situation et la délibération.

Qu'est ce qu'on peut faire pour aider cette pauvre Lanh?

-C'est bon, je vais lui acheter ces billets en totalité, annonce Sosso, c'est ma faute c'est moi qui lui ai dit de venir et...
Aurélien l'arrête:
-Non. On a tous étés bien contents qu'elle nous accompagne, on payera tous.
-On est 6, ça fait 50 000 dongs par personne environ, renchérit Aline.
-Je suis pas d'accord pour payer ces billets périmés, intervins je.

S'ensuit une concertation-débat sur...que faire.

Déjà, qui sait si ce n'est pas une feinte bien orchestrée pour tenter de nous soutirer une grosse somme. C'est vrai, après tout c'est plausible. C'est possible mais peu probable et surtout...ça ferait trop mal au coeur que le fin mot de l'histoire soit celui là. Solution écartée.
Pourquoi ne pas rentrer avec elle et aller expliquer aux parents que si elle n'a rien vendue c'est parce qu'elle est venue, grace à notre aimable proposition, s'amuser et prendre du bon temps avec nous? Et que s'il y en a un qui la touche on l'encule direct, père ou mère ou pape.
-Elle habite très loin, à 1/2 heure en taxi!
Fais chier.
-J'ai pas envie que l'on pose une putain de liasse de billets sur la table comme des putains de bourges que nous ne sommes pas et devant des serveuses qui galèrent pour avoir ne serait ce qu'un de ces billets.
-Oui mais elle va se faire frapper si elle rentre sans argent...

La vie est cruelle. Elle est faite de responsabilitées. Et cette petite de 7 ans connait les siennes, vendre des billets de loterie et ramener de l'argent chez elle. Elle dit qu'elle va se faire frapper, c'est donc qu'elle sait très bien à quoi s'attendre si elle ne vend pas ses billets. Elle le savait au moment de nous suivre dans ce parc.
Alors qu'est ce qu'elle a branlée de venir avec nous patauger dans la pisse des autres au lieu de s'acquérir de sa tache? Elle aurait du dire non et se casser vendre ses billets de merde. C'est sa responsabilité.
D'accord, elle n'a que 7 ans. Mais même à 7 ans, surtout à 7 ans d'ailleurs, on sait ce que c'est que de se prendre une torgnole. Elle en a surement déjà pris et en prendra encore.
C'est bien joli de lui payer ses billets périmés mais elle n'en tirera aucune leçon, et la prochaine fois qu'elle fera connaissance avec des touristes à qui elle sortira son sourire, il l'emmèneront avec eux de la même façon et elle ira au cinéma ou voir un match de tennis au lieu de vendre ses billets de loterie, croyant que de toute façon ils vont au final les acheter.
Non, ça ne marche pas comme ça. Elle a beau être magnifique et avoir un sourire d'émeraude...elle a fait une boulette et au final en sortira plus mature.

-Elle a eu une chouette journée, elle a pris du bon temps, maintenant elle va assumer et rentrer chez elle avec ses tickets invendus.
C'est ma position.
-Elle n'a même pas assez d'argent pour prendre un taxi moto et il n'y a plus de bus à cette heure ci, répond Peggy les clins d'yeux.
Tous les autres Coqs sont d'avis de payer pour Lanh.
Je regarde la petite, sa délicieuse tête est la seule chose dépassant de derrière la chaise où elle s'est dissimulée. Son visage semble tout triste. Je lui montre mon piercing et elle me tire la langue à son tour. "Petite chipie" me dis je intérieurement.
Elle m'a eue.
Je saisis mon paquet de Marlboro Lights, en sors une que je tasse en deux coups sur le coin de la table. Je me la met au bec et fouille dans la poche de mon sac. J'en sors 2 choses.
Avec la première je m'allumerais ma cigarette puis je lancerais la deuxiême au centre de la table.

C'est un billet de 100 000 Vietnam Dongs.

Je ne vais pas regarder dans les yeux les Vietnamiens autour de nous pendant les 10 prochaines secondes. Mais le fait de venir en aide à une petite fille semble avoir plutot plu. En tout cas, une fois la somme totale réunie et placée à coté du cendrier, le visage de Lanh a changé. Elle est rayonnante.
Rien à regretter, donc. Elle est heureuse.
On l'a rendue heureuse. Elle se souviendra de ce jour, à priori et nous l'espérons, toute sa vie.
-On veut qu'elle vienne nous faire un bisou, demande Aline.
Lanh se rue sur chacun de nous, à tour de role, pour une scéance non forcée de gros calins-gros bisous. C'est attendrissant comme tout.

-Moi aussi je veux un bisou, réclame au milieu de son sourire Peggy la cochonne.
Je me lève et m'exécute sous les exclamations du public.

On pose la petite sur un taxi moto, on pose dans la main de celui ci un billet et elle s'en va rejoindre sa famille. Heureuse et comblée d'une journée magique pour elle, enfin on suppose. Qui sait si elle ne fait pas le coup chaque dimanche...Dans le doute on va dire que non. Ce fut tellement beau.
Je lui ébouriffe une dernière fois les cheveux:
-Bonne chance p'tite pute. Sois heureuse.

Ceci avec un petit sourire. Mais cachant quelque chose de tragique.
Forcément, si cette magnifique fillette au visage d'ange se prend des branlées par ses géniteurs démunis sous prétexte qu'elle ne vend pas suffisament de tickets de loterie à 12 ans, il y a de fortes chances qu'ils la pousseront à donner son cul lorsqu'elle en aura 17.

Monde De Merde, ça rappelle quelque chose à quelqu'un?

Et la vie continue. A saigon.
-Bon les gars, je vous propose demain midi de revenir bouffer ici, dans ce restau, mais juste entres couilles.


3 jours plus tard je m'en vais. La dernière soirée fut assez pénible, comme d'habitude lorsque l'on s'accroche aux gens. C'est très triste de quitter des amis, et même si ça fait 8 mois que ça m'arrive sans cesse, je ne peux m'y faire.
Couché à 6 heure du mat', réveil à 10, derniers trucs à régler, derniers "Au Revoir" (là on peut se dire que nous nous reverrons et on sait que c'est vrai, alors que bien souvent il y a toujours un doute), course stressante dans le taxi en compagnie de Sosso et Thibaut alors que je ne me rappelle plus du tout de l'heure exact de mon vol et que je ne l'ai noté nul part. Ca peut être 12h comme 13h30.

Il est 12h30 et je serre dans mes bras mes deux Viennoiseries:

-A très bientot.

Je tourne les talons et quitte le Vietnam.

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Par solremi solremi
Le 01/05/2007 à 18:12:10
The first one my friend. The story about le chiot was amazing. I like it. I see that everything going well for u, enjoy yourself my friend... So What? I work in Hanoy.... Same same... but different because i spend time with Tibo in Hue... So what? I was a little sick. See you asap Kikette.
Par Nicodeloin
Le 03/05/2007 à 11:04:57
Bon ca va on a vu que tu parlais anglais, c'est bon..lol

Ca me fait tres plaisir que tu sois le premier mon ami.

Merci pour l'histoire du chiot mais le mérite en revient à Tibo...
que je salue bien bas.

A plousse kékette


Par Mat
Le 01/05/2007 à 19:36:55
Mother fucker!!! can't you speak french?!!
En tout cas c'est mignon comme tout ta petite histoire mon petit Nico...mais bon depuis quand tu te laisses apitoyer par des gamines? faut arreter de frequenter Solene...
A bientot
Par Nicodeloin
Le 03/05/2007 à 11:06:43
Depuis que leur grande soeur m'embobine...tu me connais minot je suis plutot un sentimental refoulé.

Sosso n'y est pour rien.


Par maude
Le 01/05/2007 à 22:00:56
Coucou.Innutile de te dire que j'ai trouvée cette histoire très touchante,et que ca me fait de la peine pour la gamine.Sinon on ne te voit plus en photo depuis un certain temps tu te prepares pour que l'on ne te reconaisse pas?!
Apparement tu fumes regulierement...
J'ai dis a papa:"tu as vu ,il fume!"
Il me repond:"ouai il t'écoute même pas"
mais j'ai été peiné de repondre que tu ne t'écoutais même pas toi même!
Passons....
Je te souhaite de faire d'autre rencontre qui t'apporteront des choses et qui marquerons ta vie.Gros bisous
Par Nicodeloin
Le 03/05/2007 à 11:10:11
Coucou mahude.

Qu'est ce qu'elle est intelligente ma soeur....
J'en suis impressioné.

Je ne m'écoute pas, non, je ne suis qu'un faible petit bonhomme qui ne resiste pas à la nicotine.

Et non je ne suis pas l'homme parfait. Et putain tant mieux.

Je te souhaite aussi de faire des tas de rencontres, mais j'en verifierais une ou deux, hein....

Gros bisous.


Par Mich
Le 01/05/2007 à 22:25:08
Toujours dans les bons plan Mate!
Des chiottes bouchées, des plans tunnes galère, et de pures moments !!!
Elle est pas belle la vie !?

Eclate toi bien, vie le picking!

ciao

Par Mich again
Le 01/05/2007 à 22:29:06
Yo !
Pis le sondage c'en ai d'ou?

Putain d'unijambiste qui fait des claquettes !
Par Nicodeloin
Le 04/05/2007 à 15:33:29
Alors comme à chaque fois que j'ai un message de toi je suis tout heureux.

T'assures mon pote de passer me faire un petit coucou dès que tu le peux, c'est ca aussi qui fait que la vie est belle...

Le sondage est tombé à l'eau, de toute façon il vaut mieux ne pas donner ses pompes pour s'occuper de son pote qui dit tout fort à une Finlandaise qu'il a envie de la niquer.
J'dis ça j'dis rien.


Gros bisous. Enjoy mate.


Par chris
Le 02/05/2007 à 11:53:53
Réaction N°1:
Il ne fait pas bon d'être un de tes potes en vacances à tes côtés; on peut finir à moitier à poil sur ton blog!

Réaction N°2:
Lhan très touchante...

Réaction N°3:
On achète pas des sourires aux enfants!

Récation N°4:
Noter dans la liste des choses à faire "Passer en Asie du Sud, ca risque de te plaire ma ptite chris!"
Par Nicodeloin
Le 04/05/2007 à 15:39:18
1/ De la crainte?
2/ Très.
3/ Ben pourtant...
4/ Toute seule tu vas te faire manger.


Par maman
Le 02/05/2007 à 19:15:33
genial: vous avez rendue le sourire a une petite fille et de plus elle a passee une bonne journee; si elle ne l oubli pas je crois que vous ne l oublierez pas vous non plus.pas de regrets ;souviens toi a la maison du poeme sur le sourire.as tu trouve du boulot?gros bisous nico
Par Nicodeloin
Le 04/05/2007 à 15:41:44
Gros bisous a toi, oui j'ai du boulot, c'est le plus important.

Promis j'essaye de vous appeler fin mai pendant ma periode vacances....


Par Crocodile
Le 03/05/2007 à 09:47:21
Salut l'ancien comment va ca roule ??

juste pour prendre de tes nouvelles mais je vois que tout ce passe bien vu le nombre de francais avec qui tu es !!

Aller a bientot pour de nouvelles aventures

PS: Kikoo Chris comment vas ??

biz

ben
Par Nicodeloin
Le 04/05/2007 à 15:44:58
Salut toi! Et bien va ca roule bien ma foi, et toi?

Dis donc, tu essayerais pas de te foutre de la gueule de ma maman en écrivant "kikoo"?

Et puis t'essayerais pas surtout de...

mdr...!

T'assures mon gros, t'es un vrai.


Par guillaume
Le 03/05/2007 à 17:29:57
salut
hahaha
vous vous ete fait doubler par des femmes de menage en meme temps c'est leur d'job elle on deja du en faire partir des plus grosse que sa,je pense.Sa me fait penser a cette soirer quand on etait partie au ski avec papa et que tu avais une trep grosse envie de chi.. c'etait enorme si tu t'en souvien plus di le moi je t'expliquerai y a meme des photos .
Tu a reçu la musique?
bon je te laisse a +
gamin!!! gamin!!! tu va pas rester seule dans sbois gamin.
Par Nicodeloin
Le 04/05/2007 à 15:47:50
Cette soirée je m'en rapelle plus, mais balance les infos sur mon mails, c'est pas la fête du slip...

Je m'en rapelle que vaguement...

Ok je m'en rappelle laisse tomber, je ferme boutique.

Tu vas d'abord me soigner cette mauvaise peau et ensuite tu te permets...


Par bastien
Le 11/05/2007 à 17:20:27

l'histoire du chiotte me rappel un épisode de vacance assez cocasse; et c'était ma responsabilité....
En parlant de responsabilité, ton argumentaire pour ne pas lui filer un rond est excellent, je suis surpris que tu es finis par abdiqué mais...bon

en tout cas, tu t'éclate toujours autant et ça ça fait franchement plaisir...

Chez moi, pas grand chose de neu, j'attend les résultats de la mut et je me suis pris une barrière d'autoroute sur la bagnole...(mond e de merde)

bisousà tous ceux qui me lise, et au fait as tu voté....

Parce que pour être dans un monde merdique depuis dimanche c'est le ponpon

bye à très vite...


Laisser un commentaire