À votre santé !!

01/01/2013 - Pays : Suisse - Imprimer ce message

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loin d'une cage est l'épanouissement. Cage morale, cage mesurable, dans Lyon en cage.


Une mappemonde aux allures d'une nouvelle Forêt de Walden, Thoreau sera t-il sur le chemin, lui qui donnait sa définition à solitude ?

Aliénation des uns, servitude volontaire des autres, c'est un cancer du côlon qui fera leur justice, prouvant que ça ne pouvait pas être aussi bien beau pour de vrai, que ça n'étonne finalement personne. Et ensuite, ensuite... Vincent nous peint le seuil de l'éternité.


Mais pas tout de suite, osons d'abord. Mais sans le désordre. Avec un sage à suivre.

Attention.

On se ment, on se veut déjà arriver, on « fake » un manque de cash, on s'imagine victoire en main, on se dit que peu importe l'éthique, l'essentiel est d'y poser un pied.

Mais quelle est cette chance que tous haranguent du bout de langue ? Elle n'est qu'un résultat d'actions. Sans beaucoup d'aide, finalement.


Se réaliser d'abord, seul, concentré sur l'ouvrage, sans sur-estimer la tâche. Sans confondre ses valeurs.

Profiter du temps pour oser. Un beau mot, presque sacré, pourtant tabou. Oser.

Le challenge, le refus de l'échec, moteurs d'un envol qui n'a que trop tardé.

Alors on danse, on boit quelquefois, on pense... souvent.

Alors on mange, on regarde juste comme ça, on ajuste sa frange... franchement.

Alors on parle, impertinence, efficacité en défaillance, quand dans le fauteuil d'en face ça se ronge les ongles à outrance.


Alors on craque, on ne retient plus sa ranc½ur, on diffame, agressif. Qu'importe, même si. Si :

La compassion, nécessaire vertu, ne semble que difficilement additionnable à l'injustice.


Alors surtout, on juge. On aime ça.

Peur, frustration. Oui, c'est dommage. Mais c'est pas grave. Rien n'est grave.

Essayer succède à oser, pardonner succède à blesser. Déception, aigreur.

D'un coté, une direction slave. Et l'autre, direction les cocons, Sénateur.


Du reste, on est à pas à l'heure.

Alors on cherche l'amour, on pense le trouver, on en doute.

Puis on s'en satisfait, après tout c'est déjà difficile comme ça.

En plus, il y a pire. Cette dame proche qui veut en finir, proche de mourir par sa main, les larmes de certains coulent déjà.

Qu'à cela ne tienne, lisez. Les mythiques sont légion. Faites lire, décuplez cette passion.

Et laissez partir. Tristesse, oui, mais liberté aussi.


Vivons pour nous.

Dieu, déjà loin d'être une réponse, mérite-t-il encore que l'on se pose la question ?

Les bonnes paroles d'un parmi la masse ne percent que rarement « l'euphorie du futile » jugé par la mauvaise parole d'un autre parmi la masse. Mauvaise, car qui nous-mêmes sommes nous pour « infinitiver » le dernier participe passé ?


De nouveau, hein ? Sur le riff de « Les Bourgeois », avancer sans raison.

Ériger une montagne pour la descente d'un avion....

Décorer de sens une débauche fainéante.

Transformer la routine à petits coups d'arrogantes certitudes.

S'étaler en toile et pavaner sa p'tite vie sans que personne n'en pâme.

Et toujours ce besoin d'inconnu, sans y toucher, du bout des doigts, à tourner autour du monde quand le monde c'est les Hommes, les gens, et qu'au final on ne retient que l’éphémère, pays et bons Dieux.


Pauvre sot. Qui n'avait de cesse de plaire et fuyait dans le même temps toute forme d'attachement.

Faire des tonnes de pas qui, peut-être, mèneront - où et à - être soi-même. Évidemment.
La route est toujours belle, ne serait-ce que par sa finalité.

Les ailes ne battent pas, l'absent est l'Amour qui porte aussi loin que décide la volonté.

Vole Papillon, par amour de volonté !
Image au poing, mélodie à l'épaule, boule au pied, plume au cou et couilles au cul.

Elle veut te savoir des étoiles dans les yeux.
Insoumis et heureux.

Alors cette fois ci c'est pour de bon. Soyons convaincus.

La fin du Monde ne nous est bien évidemment pas apparue...


Tant mieux... j'en avais pas terminé avec lui.


Note: 3,4/5 - 7 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Par Mat
Le 01/01/2013 à 10:32:44
Soyons désinvoltes
N'ayons l'air de rien

Bonne route
Par Nicodeloin
Le 01/01/2013 à 13:47:24
Elle est pas commode, non
Elle est pas comme Aude.

Meilleurs voeux !


Par papounet
Le 01/01/2013 à 10:45:10
salut nico,
bonne et heureuse année 2013.
bien ton texte et bon voyage.
pense aux photos.
bizzzzzz
Par Nicodeloin
Le 01/01/2013 à 13:46:07
Bonne santé à toi.


Par Co
Le 01/01/2013 à 14:06:44
Lumière...
Par Nicodeloin
Le 07/01/2013 à 23:21:22
Reflection...


Par Hasard, ou pas
Le 02/01/2013 à 16:04:47
Salut,
Bonne année, beau texte qui part dans tous les sens, puisse t il te mener loin.Si au moins tu te comprends c'est bien, et si elle aussi , c'est mieux. Moi pas tout...
Je souhaite qu'une bonne étoile veille sur tes miches pour 2013

bises

Mich
Par Nicodeloin
Le 07/01/2013 à 23:24:06
C'est dommage il parlait de toi ce texte. :p

References à Hegel, Tolstoï et Dagerman.

bises


Par Torpedo
Le 05/01/2013 à 20:44:28
On repart sur de nouvelles bases : nouveaux pays, nouvelle écriture, Nico tout neuf :)

Bonne année, pleine d'aventures, de rencontres et de découverte

Torp'

PS: Dans les moments de galère, n'oublie jamais que t'es pas seul :)
Par Nicodeloin
Le 07/01/2013 à 23:24:47
Merci Torp', Bonne santé à vous 4 !


Par Canapé dur :)
Le 07/01/2013 à 22:06:17
Je viens de lire ton texte...
oui il m'aura bien fallu 7 jours.. mais ça vallait la peine :) un pas de plus à fin de savoir qui tu es - I like ;p
Par Nicodeloin
Le 07/01/2013 à 23:25:19
:) Ravi !



Laisser un commentaire